Les femmes d'AfriqueInterviews

Zineb Alaoui

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Zineb Alaoui, 36 ans, Manager dans une grande institution financière. J’ai fait des études en finance dans une école de commerce marocaine et j’ai poursuivi en France toujours dans la même filière.

L’intégration du marché de travail n’était pas pour moi une raison pour arrêter les études, j’ai donc continué tout au long de ma carrière dans des domaines qui m’intéressent sous format de master spécialisé ou de MBA, d’ailleurs, je prépare actuellement un master en Gouvernance et Gestion des Affaires Locales.

Je suis passionnée par l’enseignement et l’accompagnement, je suis d’ailleurs professeure dans des écoles supérieures de commerce. (en part-time)

En parallèle, je suis membre actif dans plusieurs organisations à but non lucratif qui s’intéressent aux femmes et aux enfants.

Je suis mariée et maman d’un enfant.

2- Et votre vie professionnelle

Ma vie professionnelle a démarré à l’âge de 22 ans, à Paris, dans un grand groupe français opérant dans le secteur financier, puis à Casablanca, dans la filiale marocaine du même groupe dans des métiers ayant trait à la gouvernance, tels que la gestion des risques, le contrôle interne, l’audit et la sécurité financière. Ensuite, j’ai intégré une grande banque marocaine et aussi une compagnie d’assurance toujours dans les mêmes métiers. Des années plus tard, j’ai intégré l’institution où je suis actuellement et où j’ai eu l’opportunité d’exercer des métiers différents mais très complémentaires, constructifs, passionnants, et surtout avec des actions concrètes au service des citoyens et des entreprises et qui ont un impact sur le développement socio-économique de la société marocaine.

Lire aussi :   Samira Sahraoui

3- Et pourquoi ce secteur d’activité

Tout simplement parce que c’est un secteur qui m’intéresse et qui est en évolution continue, sans oublier que c’est une institution qui a un poids très important dans la sphère économique et financière de notre pays.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Conduire des actions ayant un impact sur les citoyens et sur leur développement socio-économique et s’investir davantage dans l’enseignement et l’encadrement des jeunes.

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

A vrai dire plusieurs. Sur le plan professionnel, c’est mon stage de fin d’études que j’ai eu la chance de passer à la salle de marchés d’une grande banque française au moment où elle a connu une « fraude » dans ses activités de produits financiers dits dérivés, et où j’ai eu l’opportunité de travailler sur les défaillances ayant conduit à cette perte colossale. Cette expérience a confirmé mon profil dans la gestion des risques et le contrôle interne où j’étais très sollicitée, plus tard, par plusieurs entreprises nationales. Sur le plan personnel, c’est sans doute la naissance de ma fille qui a donné un nouveau goût à ma vie, à mes priorités et à mes objectifs.

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Pour moi, réussir dans la vie ne se limite pas uniquement à la réussite professionnelle. Il faut savoir créer un équilibre et donner du temps à la famille, au travail, aux amis et à soi-même. Certes, il y a des moments où un élément prend le dessus sur l’autre, mais il faut savoir se reprendre. Si j’ai un conseil à donner aux femmes, c’est de se fixer des objectifs depuis le jeune âge, d’être confiante et croire à leur réussite, de ne pas espérer la perfection des autres et de soi-même, de s’engager dans des relations personnelles de qualité et de prendre soin de soi physiquement et mentalement.

Lire aussi :   Aziza sabbagh

7- Votre avis sur la situation de la femme au Maroc

Les droits de la femme au Maroc ont connu une poussée très significative. Cependant, et en dépit de l’adoption d’un important corpus juridique dans la perspective d’assurer la protection juridique des femmes tout en renforçant leurs droits citoyens, leur situation demeure toujours aussi fragile. Je pense qu’il faudrait adapter les lois au contexte actuel et aux nouveaux profils des femmes, des hommes et des familles afin de briser les obstacles au développement de notre pays, et par cela, je fais allusion essentiellement au mariage des mineurs, au viol conjugal, à la question de la tutelle, à la garde des enfants et le remariage des mères, etc.

8– Votre avis sur le site ?

C’est une excellente initiative de dédier un portail pour les femmes, en général, et marocaines, en particulier, afin de partager leurs expériences et conseils qui peuvent être utiles pour les lectrices, c’est aussi une initiative qui encourage la femme marocaine à donner le meilleur d’elle-même et en bénéficier autrui.

9– Dernier mot ?

Dans la vie, il faut se projeter en avant, accepter de se mettre en déséquilibre pour créer du mouvement, car Il n’y a pas de mouvement sans déséquilibre. 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Avril 2023

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page