Les femmes d'AfriqueInterviews

Djamila Ouaki

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours et vos activités

Djamila Ouaki, je suis fille d’une maman marocaine et d’un papa kabyle. Ma mère est arrivée en corse à l’âge de 5 ans avec mon grand père pour le travail.

C’est ma mère qui m’a tout appris. De devenir une femme libre et forte. Ne dépendre que de soi.
Je suis policière au sein de la police nationale française. C’est devenue ma nouvelle famille qui a cru en moi sans préjugé aucun. J’ai gravit les échelons et les grades grâce au travail.


2- Et votre vie professionnelle

Je suis policière depuis 2000 au sein de la police nationale française. C’est devenue ma nouvelle famille qui a cru en moi sans préjugé aucun. J’ai gravit les échelons et les grades grâce au travail. En septembre j’intègre l’école nationale supérieure de la police pour devenir officier de police.

Je suis entrée dans la police avec un BEP COMPTABILITÉ et j’ai pu passer le bac en école de police jusqu’à arriver à officier. La police nationale française fait partie des seules entités à permettre cela, une évolution sans diplôme.

J’ai pu être chef d’un commissariat de secteur le plus peuplé de Marseille grâce à ma hiérarchie qui croyait en moi. La police nationale offre cela, quand on aime les gens et que l’on travaille pour leur protection.

3- Et pourquoi ce secteur d’activité

Je suis issue d’une famille monoparentale, les fins de mois étaient très difficiles, j’ai travaillé tôt mais ma mère était toujours là pour nous ces 4 enfants.

Lire aussi :   Hind Hatim

Elle travaillait nuit et jour pour nous élever. J’ai toujours voulu lui ressembler et être forte et libre à la fois. Elle m’a élevée et appris à respecter son pays d’accueil.. mon pays de naissance. Celui qui nous a permis de ne pas avoir faim et aller à l’école gratuitement. Elle aimait la France et nous a transmis cet amour.

Elle aimait les gens et faisait partie d’associations en FRANCE. Elle aidait beaucoup le Maroc en envoyant des médicaments et matériels médicales par l’intermédiaire du consulat du Maroc de Marseille. J’ai grandi dans l’altruisme, comment faire autrement. La police nationale vient en aide aux autres. C’était une évidence pour moi.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Continuer à rassembler deux univers, celui du monde policier et celui des jeunes dit de quartiers difficiles. D’utiliser à bon escient mon statut de policier pour changer le regard des autres sur la police nationale.
Je fais partie d’une association sportive police marseillaise SCPM qui organise des tournois de foot avec des équipes mixtes pour unir et rassembler deux mondes qui en fait ne fait qu’un.

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie

J’ai eu la chance et l’honneur d’avoir été élevée au rang de chevalier à l’ordre national du mérite. Médaille remise par le ministre de l’intérieur Monsieur DARMANIN GÉRALD. Un honneur qui confirme que le travaille paie .

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

De croire en elles. Ne pas se laisser guider par une tierce personne qui la rabaisse et l’empêche de s’épanouir. Être une femme ne doit pas être un obstacle mais un atout. Il faut juste en être consciente

Lire aussi :   Myriame Douadi

7- Votre avis sur la situation de la femme

Je n’ai pas trop d’avis sur cette question concernant les femmes au Maroc. Cependant j’ai l’impression qu’elles s’émancipent et c’est très bien. Vive les femmes marocaines

8– Votre avis sur le site ?

C’est un site qui met en lumière la femme de tous les jours et dans tous les domaines. Cela montre de belles personnes qui donnent envie de faire pareil.

9– Dernier mot ?

Merci de votre intérêt.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Aout 2023

Pack Lmf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page