InterviewsLes femmes d'Europe

Sandrine RATTIER

Pack Lmf Pack Basic

1- Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter, nous raconter votre parcours, vos activités et votre vie professionnelle

Sandrine RATTIER, maman de 3 grands enfants, j’ai débuté mon parcours professionnels très jeune, parallèlement à mes études, j’ai tout d’abord été danseuse pour la compagnie Walter Nicks, puis j’ai été professeur de danse durant des années, j’ai continué à étudier. Je suis alors devenue en 1998 préparatrice physique avec une spécialité musculation, fitness et nutrition, j’ai obtenu mon D.E avec le CREPS. J’ai ouvert mon premier club avec une 2 école de danse à El-jadida au Maroc en mai 2000.

Ma soif d’apprendre m’a fait replonger dans de longues études que je poursuis aujourd’hui. J’ai obtenu divers diplômes et certifications en Psychologie, Psychogénéalogie, Mindfulness, Thérapie cognitive et comportementale, en PNL, en hypnose et actuellement je prépare une certification en neuroscience. L’idée n’est pas d’afficher des diplômes mais d’acquérir un maximum d’outils et de connaissances pour les personnes qui me consultent.

J’ai à ce jour 2 cabinets, à Casablanca et à Niort. Cependant, je consulte à distance dans de nombreux pays.

3- Et pourquoi ce secteur d’activité

Simplement parce que je suis passionnée par l’humain et qu’il s’agit pour moi d’une mission d’aider les personnes qui me consultent à se sentir mieux et à prendre pleinement conscience de leur ressources et de leur capacité à atteindre leurs objectifs.

4– Quels sont vos projets à venir ?

Étant également passionnée d’écriture et d’art en général, je prépare actuellement une grande exposition sur les thématique des terres d’orients. On pourra y voir mes toiles, bijoux, objets de décoration. Les bénéfices de cette vente seront utilisés pour venir en aide au village de Tafza dans la vallée de l’Ourika, dont je suis la marraine. J’aimerais aussi, ouvrir un centre où nous pourrions prendre en charge les personnes qui souhaitent perdre du poids. L’idée serait de mettre à disposition une prise en charge nutritionnelle, sportive, psychologique car très souvent la prise de poids est à la base due à un souci psychologique. Je le fais déjà dans mon cabinet mais de manière individuelle avec mon programme FAT ATTACK qui est une marque déposée à l’international. Je voudrais former des équipes afin d’aider un plus grand nombre de personnes. J’aimerai reprendre l’écriture, ce que je faisais pour le magazine Citadine avec ma rubrique conseil et ben-être, j’attends une offre…

Lire aussi :   Aya OUERTANI

5- Quels sont les moments ou événements qui ont changé votre vie ?

Il faudrait écrire un livre à ce sujet. Mais j’en citerai 3 et je vais tenter d’être brève.

4 années passées avec un pervers narcissique, celui-ci m’a réduit à l’état de chiffon, mais sans une grave dépression, je n’aurai jamais eu l’idée de consulter un psy et je n’exerce pas ce métier qui me fait tant vibrer.

La 2ème c’est ma rencontre avec la solitude et le silence, car tout le monde pense que c’est une fatalité, cela a été pour moi la découverte avec la méditation pleine conscience qui a été pour moi le meilleur des antidépresseurs.

Enfin, la mort de ma précieuse grand-mère qui de son vivant ( et même après sa disparition) a été un véritable phare pour moi, après l’avoir veillé sur son lit de mort durant 4 jours, je me suis réconciliée avec ce qui me terrifiait le plus, et j’essaie aujourd’hui de devenir …. Cette petite dame d’un mètre cinquante (comme moi), était d’une grande sagesse. Les moments difficiles sont que l’on croit en dieu ou non, (je suis très croyante), de véritable tremplin. Ils n’ont pas appris l’art de la résilience.

6– Quel est votre conseil pour les femmes qui veulent réussir ?

Je vais reprendre Opra Winfrey.

« Le plus important est de découvrir votre terrain d’influence. Pour cela, il faut travailler sur l’alignement entre votre personnalité, les dons et talents que vous avez à donner, et la raison pour laquelle vous êtes sur terre. La première chose à faire est de travailler sur vous-même, vous accomplir et vous remplir de vous-même, d’être fier. »

Lire aussi :   Élisabeth II

« Cela m’effrayait, surtout lorsque j’entendais : « elle est trop fière, elle est imbue de sa personne », mais à présent, je l’accepte pleinement, et le prends comme un compliment. Quand vous êtes plein et que vous débordez, vous avez tellement à donner et à offrir. On ne doit pas souffrir ni avoir honte de s’honorer soi-même. Bien au contraire. »

7- Votre avis sur la situation de la femme 

Je vis entre le Maroc et la France. Le plus souvent au Maroc. Je constate une belle évolution mais la route est encore longue. Il me faudrait bien plus que quelques mots car tout dépend du milieu sociale de la femme Marocaine. Cela dit, la femme marocaine aujourd’hui qui me consulte, est une femme indépendante intellectuellement, spirituellement et financièrement. Cette femme marocaine n’a rien à envier aux femmes en Europe. Encore une fois, le débat est bien trop long pour être exposé en quelques phrases. Étant marraine d’un village, je fréquente des femmes qui n’ont pas eu accès à l’éducation et totalement soumises à leur époux. Je ne voudrais pas que mes mots soient mal interprétés car cette soumission dont je parle et qui me serait impossible convient à ses femmes. Je discutais pas plus tard que la semaine dernière avec l’une d’entre elle qui a perdu sa maison pendant le séisme de septembre et qui me disait être très heureuse car dieu ne lui avait pas retiré son précieux mari et ses enfants.

8– Votre avis sur le site ?

C’est un magnifique lieu de rencontre entre femme influente. Bravo et surtout merci

Lire aussi :   Nadia DEROUICHE

9– Dernier mot ?

Attendre et souffrir en espérant que ta vie change, c’est comme sauter d’un avion sans parachute en espérant que l’atterrissage ne fasse pas mal, alors si tu veux que ta vie change, change et change ta vision des choses.

 

Entretien réalisé par Aziz HARCHA
Janvier 2024

Pack Lmf

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page